Commission mixte de coopération transfrontalière (CMT)

CMT 2019

 
 

 

11e réunion de la Commission mixte de coopération transfrontalière (CMT) France-Brésil

La 11e réunion de la CMT s’est tenue à Macapa de l’État d’Amapa les 3 et 4 juillet 2019. Sur la base de l’accord cadre de coopération France Brésil du 28 mai 1996, cette commission a vocation à aborder les sujets d’intérêts communs concernant la coopération transfrontalière.

La délégation française était composée de l’Ambassadeur de France au Brésil, du Préfet de Région, du Président de la Collectivité Territoriale de Guyane, du député Gabriel Serville, de l’Ambassadeur délégué à la coopération régionale Antilles-Guyane, des représentants des collectivités locales ainsi que, pour la première fois, du président du Grand Conseil Coutumier des populations amérindiennes et bushinenges.

La délégation brésilienne était composée du gouverneur de l’État d’Amapa, du directeur Europe du ministère des Affaires étrangères du Brésil, de la présidente de l’Agence de l’Amapa, de représentants des autorités fédérales, civiles et militaires, ainsi que de la Consule Générale du Brésil en Guyane.

Dans un contexte de rapprochement entre l’Union Européenne et le Mercosur, cette rencontre a été l’occasion de souligner l’importance pour les deux parties d’améliorer la circulation et les échanges sur le pont de l’Oyapock et de répondre aux défis du désenclavement de nos deux régions. Les autorités françaises ont annoncé leur volonté d’ouvrir le poste frontière français du pont de l’Oyapock 7j./7 de 8h à 18h à partir du 1er août 2019. Ont été mis en avant lors de la réunion le projet de création d’une ligne de cabotage porté par le Grand Port Maritime qui reliera le plateau des Guyanes , au nord du Brésil, et la proposition de la Chambre du Commerce et d’Industrie et de la FECOMERCIO de lancer conjointement une étude sur le potentiel des lignes aériennes reliant Macapa et Cayenne.

Les discussions portant sur la lutte contre la criminalité transfrontalière ont démontré la qualité de la coopération en matière de sécurité et de défense. De nouveaux axes de coopération ont été identifiés avec un renforcement du soutien logistique aux forces armées brésiliennes et de la capitainerie d’Oiapoque en matière de lutte contre la pêche illégale.

Les questions migratoires et consulaires ont constitué l’un des moments forts de la rencontre. La partie française a relayé la proposition du groupe bilatéral sur les questions migratoires concernant la création d’un groupe d’experts chargé de réfléchir aux mesures nécessaires d’assouplissement du dispositif des visas.

Sur la thématique de la santé, les deux parties ont annoncé leur volonté réciproque de renforcer la coopération entre les services d’urgence notamment, pour une meilleure prise en charge des patients. La pirogue binationale de la santé complétera, à partir d’octobre prochain, le travail de prévention et de soins aux populations riveraines du fleuve.

Concernant l’éducation, le gouverneur de l’État de l’Amapa a déclaré son intention de rendre le français deuxième langue obligatoire. Les deux parties ont également présenté le projet pilote d’école interculturelle à la frontière à Saint-Georges de l’Oyapock et Oiapoque.

Pour un meilleur accompagnement des projets et échanges entre les populations du bassin transfrontalier, une consultation sera lancée du 15 juillet au 15 octobre afin de rénover le Conseil du fleuve Oyapock dans sa composition et ses missions. La délégation française a invité la partie brésilienne à Saint-Georges le 25 octobre prochain pour prendre connaissance des conclusions de cette consultation et valider une version renouvelée et plus opérationnelle du Conseil.

Sur ces bases consolidées, le dialogue bilatéral se poursuivra à Cayenne lors de la prochaine rencontre de la Commission mixte transfrontalière franco-brésilienne.