Lutte contre la pêche illégale en Guyane

 
 
2021_05_03_Lutte contre la pêche illégale en Guyane

Déroutement d’un navire brésilien récidiviste.

Sous l’autorité du préfet de Guyane, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer (AEM), les services de l’État ont mené une opération conjointe de contrôle des pêches dans les eaux françaises au large de la Guyane, le 29 avril 2021. Cette opération a permis le déroutement et la saisie d’un navire battant pavillon brésilien.

Les gendarmes maritimes de la brigade de Cayenne, à bord de la vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) « Mahury », aux côtés de l’embarcation remonte-filets (ERF), « La Caouanne », bâtiment de la Marine nationale, ont surpris en flagrant délit de pêche illégale dans les eaux territoriales françaises, le « LUIZA », navire de 8,8 mètres de long, ne disposant d’aucune autorisation de pêche dans les eaux sous souveraineté française. Le navire avait déjà fait l’objet d’un contrôle par le Patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) « La Résolue », des forces armées en Guyane (FAG), en janvier 2020.

Le déroutement du navire contrevenant vers le port du Larivot, ordonné par la Direction Générale des Territoires et de la Mer (DGTM), s’est traduit par la mise en garde à vue de son capitaine, décidée par le parquet de Cayenne. À la suite de son audition, il s’est vu remettre une convocation par officier de police judiciaire (COPJ).

Les captures et l’engin de pêche ont été saisis, tout comme le navire, en relation avec le tribunal judiciaire de Cayenne. Le navire a pu être mis à sec – opération menée en collaboration avec l’autorité portuaire du port du Larivot (communauté d’agglomération du centre littoral) – en attendant sa destruction, ordonnée par le juge des libertés et de la détention.

Les marins du navire ont été pris en charge par la police aux frontières (PAFPolice aux frontières) à l’issue de ces procédures.

Les FAG, la DGTM, la brigade de gendarmerie maritime de Cayenne, le bureau en charge de l’action de l’État en mer, le centre national de surveillance des pêches (CNSP – Etel), la PAFPolice aux frontières et le tribunal judiciaire de Cayenne ont travaillé en étroite collaboration à la réalisation de cette opération, révélatrice de la volonté constante des services de l’État en Guyane de faire respecter la souveraineté de la France dans la totalité de son espace maritime et d’assurer la préservation de ses ressources halieutiques.

Depuis le 1er janvier 2021, ce sont ainsi près de 55 tonnes de poissons qui ont déjà été saisies à la suite d’opérations de contrôle des pêches menées en Guyane.