Opération de sauvetage en mer

 
 
Opération de sauvetage en mer

  

Zone maritime de la Guyane : un important dispositif aéromaritime et terrestre déployé pour une opération de sauvetage en mer

 

 

 

Le mardi 31 août 2021 et le mercredi 1er septembre, sous la direction du centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Antilles-Guyane, un important dispositif aéromaritime et terrestre comprenant des moyens des forces armées en Guyane (FAG), de la gendarmerie départementale (hélicoptère de la SAG), du SDISService départemental d'incendie et de secours 973 et de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSMSociété nationale de sauvetage en mer) a été mobilisé afin de rechercher d’éventuels naufragés sur une large bande côtière allant de Cayenne à Sinnamary.

À l’origine de l’intervention, la découverte par un navire de plaisance d’une femme agrippée à une bouée du chenal d’accès au port de Kourou et déclarant avoir dérivé suite au naufrage de son embarcation le 28 août vers 23h00 au large de la pointe Behague. D’après ses déclarations, à bord de la pirogue se trouvaient vingt-quatre personnes (17 hommes / 7 femmes) qui auraient embarqué à Oyapock afin de rejoindre Cayenne et Kourou.

La mobilisation des différents moyens aériens et maritimes a permis de retrouver et de récupérer 4 naufragés (dans le chenal de Kourou, sur l’ilet Le Père et sur l’île du Grand Connétable). Un corps encore à identifier a également été repêché au large de Kourou.

Sur proposition du CROSS-AG, le préfet de Guyane a décidé l’arrêt des recherches en mer le 1er septembre 2021 dans la soirée. Le Parquet de Cayenne a décidé l’ouverture d’une enquête de police judiciaire, confiée à la brigade de gendarmerie maritime de Cayenne.

Le sauvetage en mer est l’une des missions de l’action de l’Etat en mer (AEM). Conduit sous l’autorité du préfet de Guyane en sa qualité de délégué du gouvernement pour l’AEM, il peut mobiliser des moyens humains et matériels importants pour porter secours à celles et ceux qui sont victimes de conditions météorologiques défavorables et/ou font preuve de négligence s’agissant du respect des règles de sécurité nautique.

 
 

A lire également :