Economie verte - Filière métakaolin

 
 

   

La Guyane a dans son sous-sol des gisements de kaolin qui n’ont pas fait l’objet d’exploitation industrielle.

Aujourd’hui, alors que la Guyane poursuit son développement économique, elle se voit confrontée à un double défi :

  • Améliorer la qualité et la durabilité de ses infrastructures (routes, génie civil notamment)
  • Réduire l’empreinte carbone du béton mis en oeuvre (tous types de construction), en vue de répondre à l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050, et utiliser des constituants qui seront à la fois locaux mais également à moindre contenu carbone que les matériaux actuels.

Le kaolin, une fois transformé en métakaolin, pourrait être utilisé dans les infrastructures (liant hydraulique routier, etc.) et comme matériaux de construction à faible contenu carbone permettant d’améliorer le ciment produit localement.

Une pré-étude, financée par la DGTM (ex-DEAL) montre que, sous réserve de faisabilité technique, il existe un potentiel de marché en Guyane de 6 kt à 14 kt pour du métakaolin vendu environ 140 -150 euros/t (à environnement normatif constant).

La production de métakaolin pourrait ainsi être utilement complétée par des développements à l’export sur des segments à plus haute valeur ajoutée.

L’intégralité de l’étude est accessible ci-dessous.

> Rapport Métakaolin 2019 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,47 Mb